De l’impératif de la communication et du marketing pour la PME/PMI

Plus d’un demi million de PME en Algérie : peu ou beaucoup ?

Ce qui est sûr, c’est la projection faite par les pouvoirs publics de créer quelque 200 000  nouvelles PME d’ici l’horizon, pas si lointain, de 2014.

La fréquence de création de nouvelles PME est de plusieurs milliers de nouvelles entreprises par mois. Est-ce pour autant suffisant? Mais, surtout, ce phénomène d’entreprenariat, galopant ou au ralenti –c’est selon-, est-il accompagné de ce qui est connu pour être l’un des nerfs de la guerre économique, à savoir, le triumvirat communication, marketing et force de vente ?

Rien qu’en termes d’informatisation et de mise à niveau relative aux technologies de l’information et de la communication, il est à relever que moins de 5% des PME/PMI algériennes sont informatisées. C’est pourquoi, l’innovation doit aussi toucher ces vecteurs axiaux au sein d’une PME /PMI pour que cette dernière ne se retrouve en rade, après tant d’efforts dans l’investissement en question. In fine, la compétitivité et les gains multiples que pourrait engranger, à ce propos, une entreprise passe nécessairement par une telle mise à niveau.

Quelle soit publique ou privée, ou de toute autre activité artisanale, une PME a aussi besoin, comme dans le cas des entreprises économiques d’envergure et des multinationales, de s’intéresser à l’aspect communicationnel et concurrentiel si elle ne veut pas disparaitre et/ou se contenter des miettes en parts de marché, et donc faire uniquement  dans le sur-place et la survie.

Aucune stratégie de développement de la PME/PMI ne peut, raisonnablement, faire fi de l’importance des volets communication et marketing.

Moyenne et micro-entreprise...

Pour comprendre la place stratégique de la PME/PMI en microéconomie et à titre illustratif, un Etat ou Province comme l’Ontario, au Canada, compte environ un million de PME. Il est vrai que, pour rester dans l’exemple de ce pays (Canada) qui fait figure des pays développés en la matière, est considérée petite entreprise celle productrice de biens ayant moins de 100 employés ou une entreprise de services en comptant moins de 50. Au-delà des chiffres susmentionnés et jusqu’à 499 employés, une entreprise est considérée comme étant de taille moyenne. A moins de 5 employés, une entreprise est considérée comme étant une micro-entreprise. A moins de 500 employés, donc, une entreprise est considérée PME (Petite et Moyenne Entreprise). Dans notre pays, et selon la définition inscrite dans la loi d’orientation sur la PME, cette dernière (quel que soit son statut juridique) est une entreprise employant de 1 à 250 personnes. Son chiffre d’affaires n’excède guère 2 milliards de dinars.

Articles du même Bulletin