Bulletin des assurances n°17

Editorial: L’emploi en assurance

Bulletin publié le 28/02/2012

En dehors des temps de crises économiques et de leurs contrecoups, l’assurance s’est toujours avérée être un pôle d’excellence pour l’emploi. En effet, le recrutement a un poids considérable dans le secteur des assurances, surtout quand la florescence économique est là.

Certes, la meilleure des compagnies algériennes d’assurance et de réassurance ne peut raisonnablement rivaliser en termes  de nombre d’employés comparativement à Sonatrach par exemple.

Néanmoins, quelques unes des sociétés d’assurance dépassent de loin le seuil du millier d’employés directs, sans compter les emplois indirects que peut générer l’assureur (assistance et autres).

Les nouveaux métiers émergent de la spécialisation poussée. Et sur ce plan, le marché algérien reste prolifique notamment avec la récente naissance des sociétés dédiées aux assurances de personnes -AP- (nouveaux acteurs du secteur à fin 2011 : SAPS, TALA, CAARAMA, MACIR-VIE, AXA et Le Mutualiste, s’ajoutant à leur devancière, CARDIF El Djazaïr).

Et de nouvelles sociétés spécialisées en AP pourraient aussi voir le jour dans le futur, proche et lointain.

A l’entame de 2013, soit dans près d’une année, l’ensemble de ces acteurs spécialisés en AP seront dans l’obligation de commercialiser leurs produits via leurs propres réseaux et non celui des sociétés-mères comme c’est le cas depuis leur lancement en juillet 2011 et courant 2012.

Cela induira, de toute évidence, création d’emploi même si, partiellement, il y aura transfert de compétences dédiée des compagnies- mères vers leurs filiales.

Cependant, la mise sur pied de réseaux de distribution nouveaux induira nécessairement de nouveaux emplois à créer.

Aussi, et en sus des AP, les assurances de dommages et leurs prestataires ne manqueront pas de rivaliser en matière de renforcement de la ressource humaine.

Nouveaux ou anciens acteurs du secteur feront, et composeront avec un environnement de plus en plus rigoureux, preuve d’ingéniosité à ce niveau là.