Bulletin des assurances n°27

Editorial: Convoitée symbiose

Bulletin publié le 25/08/2014

Pour bien écrire et prendre ses décisions, il est nécessaire de savoir lire et prédire son avenir. Cela reste plus que jamais valable pour les sociétés économiques.

En effet, et dans la concrétisation de toute intention entrepreneuriale économique moderne, s’impose le recours à des leviers de gestion prospectifs et prévisionnels. Cela reste valable notamment dans le volet gestion de la ressource humaine (RH) où les prévisions et la prospective quant aux emplois et compétences sont des conditions sine qua non pour la réussite de ce qui y est entrepris.

Et c’est pourquoi le CNA s’est penché sur ce segment de développement en organisant en cette première moitié de l’an 2014 une journée d’études sur la Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC). Les professionnels du secteur ont eu, ainsi, à se concerter et à débattre autour de cette gestion anticipative et préventive de la ressource humaine, en fonction des contraintes de l’environnement et des choix stratégiques de chaque entreprise.

Ce mode de gestion permet de s’approcher au mieux de la convoitée symbiose entre employeurs et salariés et ce, en rapprochant et en faisant converger les intérêts des uns et des autres.

Bien qu’il soit vrai que les chemins de la performance sont souvent sinueux et difficiles, il reste tout autant réel qu’à force de persévérance à vouloir réussir, le management se mue, comme par miracle, en catalyse apte à substantiver le travail. Dans toute sa sève, allant du sérieux et de la sérénité jusqu’aux ultimes gains par la sueur du front.

Une fois opérationnelle, cette gestion rend l’entreprise et/ou la société qui l’adopte de plus en plus performante.

C’est elle qui lui permet une activité RH basée sur l’anticipation et la prévention, suivant ses contraintes d’environnement et ses choix stratégiques.

La responsabilisation de chaque membre d’une équipe de travail n’est pas un simple et banal acte de gestion participative, mais il s’agit bel et bien de la démarche la plus porteuse, si ce n’est l’unique, vers la performance et l’harmonisation des objectifs à la fois de l’entreprise et de ses salariés en les rendant convergents dans leur plus grand nombre au pire, leur totalité et intégralité de préférence.

Quand la société fonctionne avec les principes cardinaux d’une Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC), défendre ses intérêts n’est guère du seul apanage du chef d’entreprise mais de toute sa composante, jusqu’au salarié situé au plus bas de l’échelle.