Bulletin des assurances n°30

Editorial: L'appétit du développement des AP

Bulletin publié le 19/05/2015

Seulement trois années fermes d’exercice de l’assurance de personnes (AP), depuis la filialisation et la séparation, mi-2011, entre les assurances de personnes et celles de dommages, ont vite fait de confirmer tout le potentiel  de ce segment du marché national.

En effet, bien que la période transitoire, soit initialement perçue beaucoup plus longue, à ce propos, ne serait-ce que relativement au chiffre d’affaires imaginé stagnant pour de nombreuses années, il s’avère finalement, en cette entame de quatrième exercice (année 2015), que les assurances de personnes ne tarderont pas à assumer le rôle qui est attendu d’elles pour booster le secteur. Porté en cela, notamment par l’assurance prévoyance collective et santé, plus connue sous la dénomination « la groupe ». Cette couverture, d’un ou de plusieurs risques, à laquelle adhère un ensemble de personnes (plus de deux douzaines, comme minima et assise) constitue, en effet, une véritable rampe de développement des AP en Algérie, comme en témoignent les chiffres qui indiquent que « la groupe » constitue près d’un tiers du chiffre global généré par les AP.

En sus de ce produit phare, « la retraite complémentaire » ne tardera pas à peser, elle aussi, de tout son poids pour aider à mener le secteur vers des années meilleures, dans son segment AP. Idem pour d’autres produits tels que les assurances individuelle voyage à l’étranger, rapatriement de corps, capitalisation, remboursement crédit, accidents
de la vie, scolaire, etc. C’est, sans nul doute, de cet éventail qu’est attendu le coup d’accélérateur souhaité au chiffre d’affaires du secteur national des assurances.

Nous l’indiquions dans ces mêmes colonnes, le contexte universel est en mutation de l’ère de l’industrialisation vers celle des services dont font partie, entre autres prestataires, l’assurance et la réassurance.

Si, à des moments précis de l’histoire, lointaine et récente, et abstraction faite de l’assurance automobile, c’était surtout l’IARD qui constituait le carburant de l’assurance, il n’en demeure pas moins que, dorénavant, les regards sont braqués vers les AP. Dans les pays développés, les AP (plus globalement les assurances vie) sont déjà au centre du développement de l’assurance dans sa globalité. Certes, ce n’est pas encore tout à fait le cas chez-nous mais, il est clairement attendu que ces AP constitueraient le charbon de la locomotive économique nationale, hors-hydrocarbures. Plus que du charbon, il s’agira de la véritable carte-mémoire d’une locomotive qui n’est plus à vapeur mais, à qui mieux innovateur…